Historique du safran

Nos parcelles sont exposées au sud-est sur des terres jamais cultivées dans un environnement protégé au coeur des Dentelles de Montmirail

Petites planches de 200 à 300 m² en restanque, ce qui limite la propagation en cas de maladies.

Respectueux de l'environnement , nous n'employons aucun élément chimique pour notre culture.

Le crocus sativus étant une plante méditerranéenne, est bien adapté en Provence, les pluies d'automne dans notre région sont fréquentes, ce qui déclenche la floraison et celles de mars favorise le grossissement des bulbes.

Le safran réclame des terres calcaires, peu argileuses, perméables et très ensoleillées . Il végète dans des terres à sous-sol imperméable ou humide.
Globalement, où pousse la vigne, l'olivier, le safran se réjouira.

Des étés chauds, la sécheresse, des hivers vifs ne lui font pas peur.

Après avoir bien préparé la terre, labour en automne de 30 cm avec apport de compost bien décomposé (nous produisons le notre qui alimente aussi notre potager) nous renouvelons l'opération en mars et en juin. En Provence la plantation peut s'effectuer de juin jusqu'à septembre.

Choisir des cormus (bulbes) de 2 à 2.5 cm de diamètre jusqu'à 3.5 cm de hauteur, ainsi les premières floraisons commencent à l'automne.
Ouvrir un sillon à la houe d'une profondeur de 18 cm (penser aux fortes gelées) planter en quinconce tous les 15 cm, à la fin de la rangée ouvrir un second sillon à 20 cm du premier, ainsi la première rangée se trouve recouverte de terre.
François, mon époux, à matérialisé les plantations afin de les repérer, ce qui permet l'arrachage de la safraniere pendant la période de dormance.

100 à 110 fleurs au m² produiront environ 1 gramme de safran sec.

Il est préférable d'arracher tous les 3 ans, quand les feuilles jaunissent , les faucher.
En Provence nous pouvons sortir les bulbes en mai, en suite il faut les séparer rapidement, les entreposer dans un endroit sec avant la replantation